Les bas Ulcertec sont une aubaine pour le maintien d'une bonne circulation. En plus, les bas Ulcertec sont facile à mettre. Les jambes sensibles ne supportent même pas le sous-bas blanc de ces double bas. Dans ce cas, on enfile d'abord une bonne longueur d'une "chaussette" de la marque Tubifast, avec la ligne colorée, avant de placer le double bas Ulceretec.

LES BAS ULCERTEC: LA ROLLS DE LA CONTENTION

En parlant d'un ulcère de jambes, on parle aussi d'un processus inflammatoire, qui est indispensable pour la guérison de l'ulcère. En général, au bout de 3 à 4 semaines, cette inflammation sera maîtrisée. (POUR LES PETITS BOBOS, CETTE INFLAMMATION SERA DEJA MAÎTRISEE AU BOUT DE 3 JOURS. Vous avez déjà compris que ce site ne s'occupe pas des "petits bobos"). Il n'est pas exceptionnel de voir des jambes très oedémateuses devenir des jambes "modèle". Ce qui était initialement une jambe "en bois" devient une jambe tendre. Une jambe bleue devient "rose". Une jambe douloureuse devient une jambe soulagée. Bien sûr, grâce à une compression multicouches digne de ce nom ! ("C'est la bande qui guérit l'ulcère).

Arrivé au stade du dégonflement souhaité, c'est le moment pour passer au fameux bas "Ulcertec". (La contention protectrice et permanente maintient l'intégrité de la jambe). Soit, le patient supporte ce bas très bien, soit, il le refuse ! La plupart des patients sont très heureux avec le bas Ulcertec. Ils le porteront jour et nuit. Les patients avec les mollets ou pieds amorphes ne le supportent pas très bien.

Le bas Ulcertec est un double bas. On enfile d'abord le bas blanc (bas "avec orteils"). Ce bas blanc très fin se pose également au dessus des pansements (en cas de plaies résiduelles). Grâce à un glissoir bleu en nylon déposé au dessus du pied (déjà couvert par le bas blanc), le bas brun de contention peut être glissé correctement au dessus du bas blanc. Comme le bas brun est "sans orteils", on retire facilement le glissoir d'en dessous du bas brun.

Les bas Ulcertec sont élégants. Il y a aussi d'autres systèmes efficaces. Il faut choisir un bon système pratique qui plaît au patient. Le bas Ulcertec est un bas de contention pour les personnes qui marchent encore un peu. Les paraplégiques et tétraplégiques ne le supportent pas trop bien. Pour les personnes "à mobilité réduite", on aurait dû inventer un format jusqu'à la mi-cuisse. (Le bas actuel s'arrête juste en dessous du genou, où il gêne souvent chez les personnes à mobilité réduite).

Un patient qui a eu une succession d'ulcères de jambes durant des années devrait porter les bas Ulcertec le restant de sa vie. Jour et nuit, sept jours sur sept. Certains patients ne supportent pas le bas brun pendant la nuit. Ils demandent à un proche de le retirer pour la nuit. De toute façon, le repos allongé de la nuit permet d'éviter l'effet accordéon. Juste avant le lever du lit, avant de poser leurs pieds par terre, ces patients doivent le faire remettre. Le bas Ulcertec prévient l'effet "accordéon", qu'on voit souvent avec les bandes à extension longue (style Dauerbinder) qu'on doit retirer pour la nuit. Après un certain temps, ces patients arriveront à supporter leur bas Ulcertec aussi la nuit. Arrivé à ce stade, l'infirmier surveillera l'état des jambes encore une ou deux fois par semaine, après la douche. Au moindre souci, il pansera tout site problématique avec un pansement de WAX-ARGILE, avant de remettre le bas Ulcertec.

Il y a 5 tailles dans les bas Ulcertec: extra small, small, médium, large et extra large. Il y a 2 longueurs: court et long. Il y a une seule couleur: "beige-obscur". Le bas Ulcertec est peu connu en Belgique et totalement inconnu en France. Il se vend chez un pharmacien-bandagiste ou chez un orthopédiste. Vous pouvez le commander sur let net: www.vitego.de (il faut se débrouiller en allemand).

Les jambes ultrafragiles ont besoin d'une surveillance journalière, à vie. Cela se fait dans le cadre de la toilette journalière du patient. Le soignant retire et remet les bas Ulcertec, une fois par jour, après avoir vérifié l'intégrité des jambes. Une "chaussette" Tubifast (en viscose) peut donner une protection supplémentaire à une peau trop sensible, avant d'installer le bas Ulcertec. Il est préférable de porter les bas Ulcertec aux deux jambes.

Le court-circuit entre la théorie et la pratique

Le bas Ulcertec s'arrête juste en dessous du genou, selon les règles du protocole, dans le but d'éviter un garrot. Dans la pratique, la plupart des personnes âgées sédentaires, ainsi que les para et tétraplégiques (en voiturette) ne supportent pas trop bien le bas Ulcertec. En dessous du genou, le bas Ulcertec forme un garrot qui provoque un oedème important au niveau du genou. Au début, on fera quand même une tentative avec le bas Ulcertec. Voyant que cela se termine mal, il faudra choisir une autre approche.

Une contention artisanale protectrice et permanente multicouche de petites bandes élastiques imbriquées, scellées par une dernière couche de tissu collant (Omnifix), apportera la solution idéale pour les personnes sédentaires, ainsi que les paralysés en voiturette. Une telle contention couvre aussi le genou, voilà l'astuce. Il ne faut pas oublier de protéger le genou par une mousse hydrocellulaire, qu'on récupère à chaque réfection. Demandez à un démonstrateur expérimenté de vous montrer la technique !

WAX-ORTHO-COMPRESSION DYNAMIQUE

13 juin 2012 *** La wax-ortho-compression dynamique: des soins journaliers !

WAX-ORTHO-COMPRESSION DYNAMIQUE

13 juin 2012

WAX-ORTHO-COMPRESSION DYNAMIQUE

13 juin 2012

WAX-ORTHO-COMPRESSION DYNAMIQUE

13 juin 2012

WAX-ORTHO-COMPRESSION DYNAMIQUE

13 juin 2012









dermo-épidermite infectieuse et ulcérante









Protection par la crème Daktozin de tous les sites sensibles









Couvrir la crème Daktozin par des films de Mélolin (on retire la ouate)









Une bonne épaisseur de WAX-ARGILE sur un film de Mélolin









On couvre la perte de substance au niveau de la malléole









Voilà le résultat









Compression modérée avec les petites bandes élastiques imbriquées









On enfile le sous-bas blanc Ulcertec









On place le glissoir en nylon









On enfile le bas brun Ulcertec et on retire le glissoir

6 juin 2012

dermo-épidermite infectieuse ulcérante

20 mai 2013

Cela ressemble déjà à des jambes. Les eczémas suintants ont disparu : grâce à une contention à vie !

20 mai 2013

Les bas Ulcertec : jour et nuit. Remarquez aussi la chaussette Tubifast avec la ligne bleue.

31 août 2013

Enfin... de vraies jambes !!!

31 août 2013

Le mari s'occupe dorénavant d'enfiler les bas de contention. A la jambe droite : un simple sous-bas blanc Ulcertec (non compressif) uniquement pour protéger la peau.





01 SEPTEMBRE 2013 *****************************************
Le mari s'occupe de la mise en place des bas. A la jambe droite, il y a un simple sous-bas blanc Ulcertec (non compressif) pour protéger la peau. La jambe droite NE GONFLE PLUS !!! Pourtant, cette jambe a été pendant 48 ans la jambe malade.
Au niveau de la jambe gauche, il y a aussi le sous-bas blanc Ulcertec (pour protéger). Ensuite le mari arrive à enfiler un long bas de contention classe I (type Kendall). Une petite contention suffit dorénavant (Il faudra maintenir cette petite contention, jour et nuit, pour éviter un oedème de stase qui ferait craqueler la peau de la jambe sur toute sa surface). Est-ce que vous vous rappelez encore comment une forte compression a été le seul moyen de guérir cette jambe (aidée par une protection par la Wax-Argile) ?